Elever des enfants dans le minimalisme quand la société prône la consommation

Enfant et minimalisme

Et voilà, je suis 3 fois maman, j’ai même déjà changé ma présentation sur le blog 😉

L’arrivée d’un petit bébé dans la famille est toujours un tsunami d’émotions, mais aussi beaucoup de questionnements. Quand beaucoup de personnes te disent que tu as du courage de vouloir un 3ème enfant, on se pose forcément la question sur ce que ça veut dire… Devrais-je m’inquiéter? Hihi. Mais je me pose aussi beaucoup de questions, et ça ce n’est pas nouveau, sur le rapport de mes enfants avec cette société de consommation. Parce que j’ai envie qu’ils ne soient pas aveuglés par tout ce matérialisme ambiant. Et parce que j’ai envie qu’ils comprennent que le bonheur se trouve dans les petits moments simples de la vie.

La société de consommation, elle, accueille les nouveaux parents dès le séjour à la maternité. Voyez ce qui m’a attendue dans ma chambre juste après l’accouchement :

Boite rose

La fameuse Boite Rose.

Dedans, plusieurs bons de réduction, des échantillons de produits, des prospectus … Tout pour vous faire consommer plus autour de cet enfant qui vient d’arriver. Un sentiment de lassitude m’a tout de suite envahie en voyant ces objets (même si le trousseau est plutôt joli ;)), car je me suis sentie obligée de trier ce qu’il y avait à l’intérieur, le tri étant devenu un réflexe chez moi on dirait, un sentiment de « je sais que c’est mal de vouloir regarder ce qu’il y a dedans car je suis déjà équipée pour cet enfant et je n’ai besoin de rien d’autres mais j’ai quand même envie de savoir« . La peur de rater quelque chose… Et si c’était ça, au final, qui nous faisait consommer à outrance, au-delà du nécessaire : le résultat d’un manque de confiance en soi?

Plusieurs fois mon ptiboudchou de 6 ans n’a pas voulu qu’on se débarrasse des choses, car il veut les garder en souvenir. Comment ce sentiment a pu naitre en lui? Parce qu’il m’a vue faire mes tris et qu’il fait un blocage dessus, d’où la direction dans le sens opposé?

De plus, quand les copains ont telles choses et pas lui, ce n’est pas toujours évident de lui expliquer notre manière de penser.

Nos enfants sont sollicités en permanence par ce qui les entoure (les possessions des copains, la publicité à la télé et dans les magazines…) et se créent des besoins avec ce qu’ils voient. Voyez comme il nous faut réfléchir, nous adultes, pour différencier un besoin d’une envie, alors pour un petit enfant…

A nous, parents, donc de :

  • savoir doser les envies,
  • différer le souhait (l’apprentissage de la frustration est important pour son bonheur),
  • sensibiliser nos enfants aux dons,
  • leur faire comprendre que le bonheur n’est pas dans un objet, mais dans les joies simples et souvent gratuites,

pour lui apprendre à prendre du recul face à cette société de consommation.

Il y a 3 semaines, alors qu’il me voyait ranger et faire du tri dans ma chambre, mon fils, qui avant avait très peur que je ne jette ses affaires, m’a demandée de l’aider à trier ses jouets, pour pouvoir mieux les ranger. Malheureusement, nous avions eu un empêchement à l’exécution de la tâche (zut, zut et re-zut), mais je me demande si on aurait pu arriver jusqu’à sa décision de se séparer de certains jouets. Serait-ce le début du changement?

Et je n’ai même pas eu à argumenter comme d’habitude pour qu’il accepte de me laisser jeter au recyclable son déguisement du carnaval de cette année. L’école nous demande de créer nous-mêmes les déguisements en recyclant des objets de chez nous. Super idée, je trouve, ça fait une activité parent-enfant autour d’un projet, fait appel à la créativité, et ne coûte pas un rond. Le problème c’est quand on n’a plus grand chose chez soi, et qu’il faut chercher ailleurs… (mais bon, est-ce vraiment un problème?). Quand le déguisement de l’année dernière a dû rester 6 mois dans le séjour, celui de cette année est resté 1 mois, il a juste voulu lui faire un dernier câlin avant qu’on le mette dans la poubelle de recyclage. Une grande évolution!

Je vous ai dit que la plupart des personnes de mon entourage sont des minimalistes. Mais même avant que je ne connaisse le terme, ma tante vivait déjà comme ça. Elle a un appartement où même en étant invitée chez eux durant 2 semaines je savais où chaque objet se rangeait. Son fils a vécu dans cet environnement depuis tout petit. Et ça a fait de lui un consommateur raisonnable. Il me parlait de son envie d’investir dans de beaux meubles durables quand il allait avoir son chez soi, et ce discours, il l’a tenu depuis qu’il était ado.

Alors ça me donne de l’espoir pour mes enfants, qu’il puissent avoir du recul par rapport à cette frénésie de consommation, qu’ils fassent la part des choses entre l’avoir et l’être, et qu’ils arrivent à se détacher facilement des possessions matérielles pour se focaliser sur leur bonheur.

On verra bien…

Et vous, vos enfants acceptent-ils facilement les désencombrements? Comment réagissent-ils?

Leave a Reply 19 comments

aemi - 3 mars 2016 Reply

Merci pour cet article très intéressant et… avant tout Félicitations!!!! J’avoue ne pas comprendre cette angoisse que provoque le « 3ème » enfant chez certaines personnes!!! Moi j’aurais bien aimé mais…je pense que c’est trop tard! :/
En tout cas je vois tout à fait de quoi tu veux parler parce que j’ai le même problème avec mon plus jeune, il souffre de tout ce que je fuis (la collectionnite, l’appréhension de jeter…) et je n’arrive pas à lui transmettre les bienfaits du minimalisme. Je me fais violence à moi pour ne pas lui faire à lui. Je me dis que je dois accepter dans une certaine mesure et ne rien lui imposer et me disant que c’est en montrant l’exemple qu’il verra par lui-même les avantages de ce mode de vie!!!

    Mino - 3 mars 2016 Reply

    Merci Aemi 🙂 je crois que c’est l’appelation « famille nombreuse » qui fait peur ^^ je ne sais pas comment était mon cousin quand il était petit mais son exemple me donne de l’espoir. Bon courage avec ton fils, mais je pense que ça va changer, comme le mien qui a bien voulu trier ses jouets, alors qu’il collectionne les petits cailloux 😉

Cécile G - 3 mars 2016 Reply

Félicitations!! Et merci pour ce super blog que j’adore lire! 😀 Je ne suis pas maman alors je ne commenterai pas mais cet article est interessant 🙂

    Mino - 3 mars 2016 Reply

    Merci Cécile 🙂 et merci pour ce gentil commentaire ^^

mayanne - 3 mars 2016 Reply

Félicitations Mino!!!!
Plein de bonheur et de calins dans notre mode de vie minimaliste, c est ce qui nourri notre quotidien et notre âme,le reste est superflu
Merci pour ton blog

JennyM - 4 mars 2016 Reply

Merci pour cette article, il est vrai qu’il est difficile de faire comprendre à un enfant que le bonheur est dans les choses simples et non dans les objets…

prettyarty - 4 mars 2016 Reply

ma fille de 6 ans, en me voyant désencombrer, devient adepte également, elle aime trier ses vetements, et le we dernier elle a trié plein de jouets pour emmaus. Apres les désirs et frustrations sont toujours là quand elle veut acheter absolument le dernier truc, alors j’essaie de lui expliquer aussi les vertus de ne pas acheter pour acheter. mais elle n’a pas de mal a se désencombrer aussi, elle trouve que c’est mieux de se retrouver dans une salle de jeux mieux rangée;) j’espère cependant que je n’en fais pas trop et que ca ne va pas créer de « pathologies » apres chez elle à etre une maniaque du vide:)
a cet age ils sont en age de comprendre mais on ne sait jamais comment ca se passe dans leur petite tête!

    Mino - 4 mars 2016 Reply

    Je trouve super que ta fille puisse se désencombrer facilement de ses jouets, et puis qu’elle ait tout de même envie de quelque chose, c’est normal pour son âge. Elle est en plein apprentissage de la vie, il faut qu’elle découvre plein de nouvelles choses et expériences 🙂 Merci pour ce partage.

Elodie - 5 mars 2016 Reply

Je suis bien d’accord, Mino, c’est « la peur de rater quelque chose » qui nous fait consommer plus. Et je crains que nos enfants aient ce même sentiment…Je pense que notre rôle de parent éducateur est de leur donner d’autres opportunités pour qu’ils renforcent la confiance en eux. Les enfants devraient apprécier déjà tout ce qu’ils possèdent plutôt que de vouloir toujours plus.

    Mino - 5 mars 2016 Reply

    Eh oui, pas facile l’éducation des enfants! Ils devraient apprécier, comme tu dis, mais quand on voit que même pas mal d’adultes ont du mal à apprécier ce qu’ils ont…

Marie-Françoise - 5 mars 2016 Reply

Bienvenue au 3e bout de chou ! Félicitations aux heureux parents et plein de bonheur à vous 5 !
Quant au thème du moment …
Je me souviens d’un jour de courses « rentrée des classes » où accompagnée de mes 3 enfants âgés entre 7 ans et 12 ans, j’ai « flashé » comme on dit sur un truc (en fait je ne sais même plus quel était l’objet du moment c’est tout dire !!) je l’ai touché, regardé, hésité et les enfants m’ont demandé chacun à leur manière pourquoi je ne l’achetais pas puisque j’avais l’argent et que je l’aimais bien. Et ma réponse a été mais je n’en ai pas besoin ! Et de parler alors de la différence entre désir et besoin ! Et de leur dire qu’il est primordial de satisfaire ses besoins de base mais non les désirs (quelque uns parfois….) . Et de l’illustrer avec les achats « chaussures » que nous venions de faire. Ils avaient besoin de chaussures mais pas nécessairement du modèle dernier cri de moindre qualité, fabriqué parfois dans des conditions inhumaines … Ils avaient besoin d’une bonne chaussure en cuir vu les déplacements nombreux lorsqu’on habite à la campagne. Seraient-ils heureux de porter des vêtements fabriqués par une personne voire un enfant qui n’est pas justement payé et qui travaille dans de très mauvaises conditions ?
Et puis nous avons parlé budget et économie … prévoir le futur (les études supérieures et universitaires très coûteuses)…
Et puis quand le désir de quelque chose est là très présent se poser la question de savoir ce que je cherche à combler … et si cet objet va me combler, va satisfaire l’émotion du moment … Parfois, prendre un moment pour soi en allant marcher un peu … en s’asseyant calmement pour boire un thé …
téléphoner à une copine sont autant d’actions bénéfiques sans nous encombrer !
Au delà de la démarche minimaliste qui parfois à allure de mode, il y a toute la réflexion à mener au niveau de la société de consommation, des inégalités dans le monde, du devenir de notre planète, de solidarité … amener nos enfants à agir en conscience, en fonction de leur objectif de vie et on peut commencer très tôt !! Cela les aide à prendre leur place dans la société et à s’ancrer dans des valeurs qui sont les leurs et non celles dictées par une consommation à tout va !
Les responsabiliser en leur faisant économiser pour acheter l’objet tant convoité. Pratiquer les bibliothèques, les ludothèques et passer du temps avec eux en se baladant, pique-niquer même au fond de son jardin, cuisiner ensemble, jouer à un jeu de société … bref leur faire vivre des bons moments immatériels.
Mes enfants sont de jeunes adultes maintenant et je peux constater avec joie qu’ils poursuivent leur chemin de vie dans une sobriété heureuse et épanouie.

    Mino - 5 mars 2016 Reply

    Bonjour Marie-Françoise, merci pour les voeux et merci pour ce partage. Je pense donc qu’il faudrait que j’aie cette conversation de désir et besoin avec mes enfants quand ils seront en âge de comprendre, afin qu’ils deviennent de jeunes adultes responsables et heureux dans la simplicité, conscients des inégalités dans ce monde et capables d’agir en conséquences pour préserver à leur tour les générations futures. C’est un très beau témoignage, merci 🙂

BeauteBordelaise - 14 mars 2016 Reply

J’ai adoré cet article…Et c’est marrant ce matin je parlais avec ma soeur qui a trois enfants de la télé et de ses effets négatifs sur les enfants notamment sur le fait qu’elle crée des « mini consommateur » qui obligent/forcent/incitent les parents à consommer…et deviendront plus tard des consommateurs en puissance en connaissant toutes les pubs, toutes les marques etc…
bref je pense que c’est important de les éduquer à une consommation raisonnable dès l’enfance…

louise payre - 2 août 2016 Reply

Notre fille aînée à 35 ans et nous avions été très surpris des quantités de cadeaux offerts par ses petits camarades lors de son anniversaire en début décembre , nous avons inventé la formule  » ta présence sera ton cadeau, si tu veux m’offrir quelque chose dessine le , invente le … »
Avec la 4eme qui a 20 ans le phénomène s’est amplifié et nous nous sommes repartis en croisière anti-cadeau .

Nous avons dû expliqué à un papa , que le cadeau de sa fille faisait bien sûr très plaisir à notre fille , mais que cela allait contre nos convictions éducatives . Et cela a été très bien après , elle arrivait avec des pains au chocolat.

Je m’efforce de faire du home made plutôt chic pour les fêtes de Noël , en donnant le prix de revient , bûche de noël glacée par exemple , buffet surprise des 20 ans de la petite dernière , entièrement fait maison . (Pour le plaisir et l’exemple).

    Mino - 16 août 2016 Reply

    Bravo Louise, pas toujours évident la gestion des cadeaux, et surtout d’en parler à des gens forcément pas proche de nous.
    Je trouve génial que ce papa ait compris la démarche.
    Un buffet entièrement fait maison, c’est vraiment une grande preuve d’amour. Encore bravo!

Julie BENOIT - 3 janvier 2017 Reply

Bonjour.
Je viens de découvrir ton blog que j’aime beaucoup. Dans mon cas, je suis minimaliste pragmatique épicurienne si il fallait donner un nom a comment je vis. Cela fait des années que je vis comme ça avec mon conjoint et désormais nos 2 enfants, mais c’était aussi par la force des choses: un petit appartement quand on a commencé a vivre ensemble, le souhait d’économiser beaucoup tout en voulant quand même voyager, alors on a la même voiture depuis 12 ans, je me déplace en vélo, a pied, je loue au besoin une voiture si mon conjoint ne peut pas me la preter, je n’ai pas eu de tel portable pendant 5 ans apres presque 10 ans d’usage de ce dernier et des factures qui étaient un peu hors de controle… Bref, ce que je crois, c’est qu’a moins d’être tres riche, il faut faire des choix toute notre vie et nous avons le luxe de pouvoir choisir de consacrer nos économies dans différentes choses, des voyages, des biens, de la meilleure bouffe, des sorties, des vacances etc… quand beaucoup n’ont pas de quoi manger. Je ne veux pas être moralisatrice mais quand je pense a ca, vu que j’ai cotoyé la misère en voyage et dans mon environnement professionnel, je réalise juste le décalage entre l’hyperconsommation et le fait que certains n’ont même pas de quoi avoir leurs besoins de base assouvis… Alors, le minimalisme est aussi selon moi une prise de conscience que non, le bonheur et l’équité entre les individus, une societé plus juste, ça ne passe pas par la consommation a outrance. Tout le temps et l’argent qu’on libére, on peut le consacrer èa nous même et aux autres : nos enfants, nos parents, nos amis, des ONG, des associations de quartier… Par contre, j’ai aussi de l’équipement pour faire des choses que j’adore comme le plein air: je fais bcp de ski, de patin, du camping, de la voile… Je ne suis pas contre la consommation, bien au contraire, mais plutôt’ en as-tu vraiment besoin’? Pourquoi renouveler son équipement souvent quand il fonctionne bien? Parce que je ne souhaite pas vivre une vie d’ascète et que toutes mes passions que j’essaie aussi de transmettre a mes enfants requiert de l’équipement, je m’équipe!
Egalement, en ce qui concerne la trousse de départ a la naissance, ici au Canada, c’est illégal de solliciter les parents a la naissance de leurs enfants… Si tu souhaite des échantillons etc, tu dois faire la demande volontairement a Nestlé par ex, pour qu’on t’envoie le sac a dos avec les échantillons et coupons rabais dedans… Je trouve ça bien personnellement que ce soit protégé par la loi tout comme les publicités ici qui ont interdiction de s’adresser directement aux enfants… Bon après, c’est aussi une question d’éducation a la consommation.

Bref, je suis contente d’avoir trouvé ton blog que je trouve très réaliste, car personnellement, je fuis toute ‘philosophie’ de vie qui prône un certain embrigadement mental… Vivre doit rester un plaisir! Et le but, est d’être bien dans sa vie et de comprendre la valeur des choses et du temps que l’on a (ou pas) !
Bonne continuation!

Leave a Reply: