Maquillage : le point de vue d’une minimaliste

Maquillage d'une minimaliste

Aujourd’hui sur le blog, je reçois Lucile du blog positivessence.fr. Lucile fait son chemin vers le minimalisme et nous parle ici de son point de vue sur le maquillage, car maintenant, elle ne se maquille plus. Voici son article :

Comme toutes les jeunes filles, je suis tombée dans la trousse à maquillage de ma mère quand j’étais ado. Pour rigoler, pour faire comme les grandes.
Le maquillage était la solution à tous mes problèmes, non seulement il cachait mes vilains boutons, mais en plus, il me faisait paraître plus âgé aux yeux des garçons (au grand désespoir de mon père)… Au lycée, mon « look baba cool » ne collait pas avec un maquillage prononcé, un coup de crayon noir et de mascara faisait l’affaire. Et plus, les cours commençaient tôt, plus j’oubliais de le faire, trop occupé à courir après le bus. Et puis un jour, le maquillage est devenu fortement recommandé voire obligatoire.
Et oui, lorsque l’on fait des études dans le tourisme, et ses premières gammes dans des hôtels 3 étoiles, on ne manque pas de se maquiller. Et si vous vous oubliez, on vous le fait vivement remarquer. Et c’est là toute l’ironie… Devenu obligatoire, se faire « une beauté » était à présent une vraie corvée ! Dans ma démarche vers une vie minimaliste , j’ai décidé, il y a un an, de tout simplement arrêter définitivement de me maquiller. Une décision qui m’a permis de me libérer de beaucoup de choses.
Je vous donne les 5 principales raisons qui m’ont poussée vers ce choix extrême.

1) Bien dans ma peau

La peau est l’organe du corps qui souffre le plus, car il est en contact permanent avec les éléments extérieurs, froid, vent, pollution… Rajoutez à cela un fond de teint qui bouche les pores, et votre peau s’asphyxie. Lorsque j’ai eu un retour d’acné après mes 26 ans, j’ai voulu le cacher. Et pour cela, j’ai acheté de nombreux produits. Au début, j’ai opté pour des marques commerciales, puis en voyant la composition chimique, et les ravages qu’ils provoquaient sur ma peau, j’ai décidé de me tourner vers des compositions naturelles. J’ai abandonné les BB crèmes et les poudres, pour une huile de jojoba et de la crème solaire (car j’habitais à l’époque à la Réunion). J’ai laissé ma peau se familiariser avec ce nouveau produit. Depuis plus d’un an, je me contente de l’hydrater avec de l’huile de coco, dont je suis tombée amoureuse lors de mon dernier voyage en Asie, et c’est tout !
Le reste du temps, je lui fiche la paix… et elle s’en trouve vraiment plus belle.
Alors oui, de temps en temps il y a bien un petit bouton qui pointe le bout de son nez. Mais soyons honnête, tout le monde en a, fille comme garçon. Ce n’est pas la fin du monde.

2) Révéler sa beauté naturelle

Pourquoi nous maquillons-nous vraiment ? Pour être comme tout le monde ? Pour se cacher ou se faire remarquer ? Depuis que dans ma démarche minimaliste, j’ai renoncé au maquillage, mon compagnon me dit encore plus souvent qu’il me trouve belle. Il m’a surtout avoué un secret typiquement masculin : ATTENTION SCOOP !

Les garçons n’aiment pas le maquillage. Il suffit de regarder la tronche que votre homme fait quand vous voulez l’embrasser alors que vos lèvres débordent de gloss ! Il râle après les traces de fond de teint sur sa chemise… Bref, on vous suit à la trace et cela ne plait pas à Monsieur qui vous préfère les cheveux en bataille au réveil, car ça reflète votre beauté naturelle. La moitié des hommes n’aime pas les « pots de peinture » qu’ils trouvent vulgaires. L’autre moitié s’en fiche royalement, mais préférerait que vous passiez moins de temps à « squatter la salle de bain ».

En définitive, il est rare que le maquillage fasse partie du critère de beauté obligatoire d’un homme. Très souvent, ce sont surtout les femmes qui se mettent la pression à cause des magazines et des émissions télé qui leur dictent l’apparence qu’elles doivent avoir.

3) Être zéro make-up est à la mode

Du plus loin que je me rappelle, j’ai toujours entendu dire qu’une fille se devait d’être belle.
Non pas forte, intelligente, drôle… mais belle.
Oui, mais voilà, la fontaine de jouvence n’existe pas, la course à la beauté est un puits sans fond rempli de larmes. Depuis quelques mois, on voit fleurir sur la toile, le ras-le-bol de certaines stars, qui ne veulent plus se maquiller. Alicia Keys n’a pas hésité à fouler le tapis rouge sans une pointe de maquillage et même Lady Gaga a tombé le masque. Le retour au naturel serait donc à la mode. Il n’y a qu’à voir le nombre de selfie sans maquillage que les stars postent sur leurs profils. Une vraie révolution. Voilà en tout cas, des célébrités qui ne feront plus de publicités pour des marques de cosmétique. Arrêter de me maquiller a été très libérateur. Je me suis regardé dans le miroir et j’ai compris que toutes ses petites imperfections faisaient partie intégrante de mon identité. J’ai accepté d’avoir parfois quelques boutons ou des rougeurs sur les joues. J’accepte, qu’un jour, mes rides traceront un peu plus profondément dans ma peau l’histoire de mes jeunes années, et qu’un fond de teint ou une crème anti-ride n’avait pas le droit d’effacer ces souvenirs.

4) Money Money

Je traverse le rayon hygiène/maquillage du magasin en quête de cette fameuse BB crème depuis bientôt 20 min. Je compte, il y en a 12 sortes ! On ne m’a dit que du bien de cette nouvelle crème miracle 5 en un… Mais ce qu’on a oublié de me dire, c’est qu’elle coûte une blinde. Car personne n’y pense trop, mais se maquiller est un sacré budget. D’après une étude de 2015, les Françaises dépensent en moyenne 160 € par an en produit de maquillage (soins en instituts non compris). Depuis que je ne me maquille plus, j’ai donc fait des économies d’argent, mais aussi de temps. Alors qu’avant, il me fallait 30 min pour me préparer, aujourd’hui je passe 10 min top chrono dans la salle de bain. C’est Monsieur qui est content ! La peau nue m’a redonnée confiance en moi et diminué mon stress, car je sais qui je suis, et ce que je veux montrer de moi. Économie de temps et d’argent, se recentrer sur ses véritables besoins et aller à l’essentiel, c’est ce que m’inspire le minimalisme .

5) Sans maquillage, mais pas sans artifices

Ne plus me maquiller ne veut absolument pas dire, que je ne prends plus soin de moi. Cela ne veut pas non plus dire que je ne suis pas coquette et féminine. J’adore me faire belle, mais maintenant, je ne crains plus de me retrouver avec des yeux de panda lorsque, par mégarde, je me frotte les yeux. Comment être « la plus belle pour aller danser » sans fond de teint ni rouge à lèvres ? Mettez l’accent sur les accessoires, voici mes 5 préférés :
– Une jolie paire de boucles d’oreille
– Un collier fantaisie
– Un chapeau classe ou excentrique en fonction du thème de la soirée
– Un foulard noué en bandeau ou un turban aux couleurs chatoyantes
– Une coiffure stylée, sophistiquée pour le réveillon de fin d’année

Je suis sûre que vous réfléchissez déjà à votre tenue pour la St Sylvestre !
Les femmes devraient pouvoir décider par elles-mêmes, si elles veulent se maquiller ou pas. Ne laissons plus la société de consommation nous dicter l’apparence que nous avons le « devoir » d’afficher avant de sortir de chez nous. Dans une démarche minimaliste doit-on continuer à se maquiller ? Je ne fais absolument pas le procès du maquillage, car il a son histoire et de nombreuses cultures sont représentées par leurs peintures tribales, leurs maquillages de cérémonie. Mais dans ce cas, le maquillage à un sens, il fait partie d’un rite. Le minimalisme m’a appris une chose bénéfique. Ce qui est important aux yeux des autres n’est pas forcement essentiel à mon bonheur.

Si vous maquiller vous apporte du bonheur, alors maquillez-vous. Mais attention, se maquiller ne doit pas servir à vous cacher derrière un masque, mais à colorer votre sourire et mettre en valeur vos émotions. Cependant, si pour vous, se maquiller est une perte de temps ou pire, une corvée… alors, revenez à l’essentiel et rangez vos pinceaux. La beauté est subjective, mais elle ne doit pas être la seule valeur d’une femme, nous valons mieux que ça. Car non seulement nous sommes toutes belles, mais nous sommes aussi : fortes, intelligentes, drôles et déterminées !

Merci Lucile de nous avoir partagé ton expérience et tes réflexions sur le maquillage. Ton point de vue rejoint un peu le mien. Je ne me maquille plus depuis quelques années, bien qu’avant, je le faisais quotidiennement. Maintenant, je garde ça pour certaines occasions.

Je ne pouvais pas publier cet article sans vous souhaiter à tous de passer un très joyeux Noël. Profitez de ces moments précieux auprès de vos proches.

Et je termine tout de même l’article par les questions de Lucile : 

Et vous, avez-vous déjà pensé à réduire ou jeter votre trousse à maquillage ?
À quoi ressemble votre tenue minimaliste de cette fin d’année? avec ou sans maquillage ?