Règle à respecter : Privilégier la qualité avant la quantité

Lors de ma lecture du livre de Dominique Loreau “l’art de la simplicité“, j’ai ouvert les yeux sur une habitude que j’avais souvent durant mes achats et qui me guidait lors de mes scéances shopping : regarder le prix avant de regarder l’utilité/la beauté/la praticité de l’objet convoité. J’avais, en général, pour chaque article, un seuil psychologique dans la tête à ne pas dépasser et plus le prix de l’article s’éloignait de ce seuil en diminuant, mieux c’était: un petit haut ne devait pas excéder 30€, un body d’enfant devait être à moins de 5€, un jean’s maximum 60€… et ainsi de suite. Ces chiffres ne sont pas là par hasard. Elles résultent de notre vécu et de notre rapport avec l’argent.
En agissant ainsi durant des années, je me retrouve aujourd’hui avec beaucoup d’objets autour de moi qui ne me plaisent plus.

 

Un exemple très concret à celà : ma collection de bijoux fantaisies. Combien de fois ai-je parcouru Paris, surtout quand j’étais encore étudiante, à la recherche d’un magasin Claire’s qui faisait du “5€ pour 10 articles” pendant les soldes? Je me voyais rentrer chez moi toute contente avec le sac rempli de bijoux, car je m’arrêtais rarement à 5€. Je m’autorisais à en acheter beaucoup, parce que ce n’était pas cher. Oui mais voilà, au bout du compte, je pouvais dépenser 25-30€ comme ça. Et pourquoi? pour une série de bijoux qui sont destinés, au mieux, à finir à la poubelle au bout de 6 mois, au pire, à rester planqués dans mes armoires et à m’encombrer inutilement.

Et c’est là que ça fait mal, quand on se rend compte que ces 25-30€ auraient pu nous permettre d’acheter des boucles d’oreilles en argent, qui, étant bien choisies (parce qu’on ne peut acheter qu’une paire, évidemment, on sera bien obligé de faire un choix des plus importants et d’y réfléchir à 2 fois avant d’acheter :D), résistera plus à l’épreuve du temps que les petits bijoux en plastique ou en acier qui s’oxideront aussi vite qu’ils ont étaient achetés.

 

Ce principe peut s’étendre à tous nos achats, ou presque. Il vaut mieux attendre d’avoir économisé assez d’argent pour s’acheter l’objet de ses rêves, que d’acheter un “à-peu-près”. Le fait de posséder un objet convoité depuis des mois nous ravira plus longtemps que le plaisir presque volatile de pouvoir acheter sur un coup de tête. Si j’avais su…

 

Crédit photo : shho

Leave a Reply 4 comments

Judith - 15 décembre 2011 Reply

En plus, toutes ces petites bricoles qu’on achète à bas prix finissent par prendre une place folle dans nos tiroirs…

    Mino - 15 décembre 2011 Reply

    Eh oui, et ça va nous perdre encore plus de temps pour le tri et le ménage, pfiou!

      Nobidy - 17 février 2012 Reply

      C’est vrai que luoqsre c’est petit c’est moins encombrant mais quand tu as des enfants a charge il est quasi impossible de se debarasser des gros sacs a main lors d’un mariage

        Mino - 15 mars 2012 Reply

        Bien sûr, il y a des situations pour lesquelles il est difficile d’être minimaliste. Ce dont je parle ici, c’est au moins se débarrasser du superflu, et n’avoir que le nécessaire.

Leave a Reply: