Résister à l’envie de tout garder en souvenir

Garder en souvenir

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je vais faire un exercice que je n’ai pas encore fait sur ce blog. Avec Sophie de l’excellente chaîne youtube Simply Sophie, nous avons décidé de parler d’un sujet commun autour du minimalisme. Pour ma part, j’écris donc un article ici, et elle, elle a fait une vidéo sur le même thème 🙂

D’ailleurs, elle a aussi fait une vidéo sur mon livre ici 🙂 (et je me rends compte que moi-même je n’ai pas fait d’article concernant mon livre, mince!)

Donc, aujourd’hui, je voulais vous parler d’une envie qui lutte souvent contre mon mode de vie minimaliste. Surtout depuis que j’ai mes enfants : cette envie de tout garder en souvenir.

Alors en fait, il y a 2 aspects de cette envie : l’envie de garder vraiment des objets matériels et l’envie de se souvenir de tout en prenant des photos à tout bout de champ.

Les souvenirs matériels

Pour moi personnellement, je n’ai pas gardé beaucoup de souvenirs matériels. Il y a 17 ans, ma vie se limitait au contenu d’une valise. Alors, franchement, les souvenirs matériels, c’était le cadet de mes soucis. Je n’ai donc pas beaucoup de choses à ce niveau-là. Je sais que ma mère a gardé toutes mes cartes de fêtes des mères. Quelque part, je suis contente qu’elle les ait encore, mais je n’éprouve pas le besoin de les voir.

Le seul gros souvenir que j’ai gardé de mon enfance, c’est un gros réveil “Sailor Moon”. J’allais m’en débarrasser cet été, mais ma fille l’a vue, et finalement, celui-ci est devenu un de ses jouets. Je me dis qu’au moins, il ne pourrit pas au fond d’un carton.

Je suis donc arrivée à la conclusion qu’en tant qu’être humain, nous avons plutôt ce sentiment de garder des souvenirs quand il s’agit surtout des choses en relation avec nos enfants. Pourquoi ma mère garde-t-elle mes cartes? Et pourquoi moi j’ai plus de mal à me séparer des affaires de mes enfants que de mes propres affaires?

Ca commence par des petites choses : le premier pyjama (que j’ai d’ailleurs gardé), le premier doudou, le bracelet de naissance, mais aussi tous les cadeaux un peu sentimentaux qu’on reçoit à cette grande période de notre vie de parents : les premiers mois de la naissance d’un enfant. Je me dis, heureusement que je n’ai pas reçu du plâtre pour faire les empreintes de mes 3 bébés, je pense que je me serai beaucoup posé de questions quand au désencombrement ou non de ce genre de cadeau.

Mais ça peut être aussi de plus en plus encombrants, comme tous les jouets accumulés depuis, car on se souvient toujours d’un jour où il a joué avec. Et je connais même un papa qui m’a avouée ne pas arriver à se séparer de la poussette de son fils, alors que celui-ci a désormais 15 ans.

Ces objets nous rappellent tellement de bons moments que nous avons peur, en nous séparant de l’objet, de ne plus nous en souvenir.

Une solution aux souvenirs matériels : la photo ?

J’en ai parlé à maintes reprises ici : ma solution dans bien des cas, c’était de prendre en photo les objets, pour que le souvenir reste intact dans ma tête quand je revois la photo.

Alors j’ai fait ça pour pas mal d’objets. Pour des objets dont je me sentais coupable de me débarrasser, mais dont l’acte de s’en débarrasser lui-même me procurait également beaucoup de bien. Car si une multitude d’objets du quotidien représente un certain poids, un certain encombrement dans nos vies, j’ai ce sentiment que les objets souvenirs ont encore beaucoup plus de poids que la normale. Et quand on arrive à se débarrasser de l’un d’eux, c’est doublement satisfaisant. Quel dilemme d’être tiraillée entre son bien-être et ses souvenirs…

Alors je me suis mise à prendre des photos. Beaucoup de photos. Tout le temps. Quelle facilité avec les technologies actuelles. Avant, il fallait avoir un appareil photo sur soi. Maintenant, avec le téléphone sur nous en permanence, il nous suffit de dégainer celui-ci pour immortaliser un moment.

Et donc, je me suis mise à prendre mes enfants en photo à n’importe quel petit évènement. Pas seulement aux anniversaires, ou pendant les vacances, ou pour les moments importants. Mais aussi dès qu’ils mettent les pieds sur un manège, quand ils se mettent beaucoup de yaourt sur le visage, quand on cuisine ensemble, quand on mange au restaurant… Une frénésie dont je me suis aperçue l’été dernier quand j’ai vu que mon téléphone était saturé, et que la source du problème était les photos.

Mais alors, que ce soit matériel ou numérique, pourquoi aimons-nous garder une trace en souvenir?

Garder des souvenirs pour nos vieux jours ?

Suite au constat que j’ai fait cet été, j’ai essayé de ne pas trop prendre de photos durant nos vacances. Alors que d’habitude je mitraillais tout le temps mes enfants, j’ai laissé passer ces moments. J’ai vraiment laissé mon téléphone de côté. J’étais en digital detox en même temps, on n’avait pas internet.

En fait, dans mes photos, il y a du “je prends cette photo car je le montrerai à telle personne”. Mais une fois que la personne en question l’a vue, je ne me débarrasse pas pour autant de la photo. Et il y a donc aussi le “je prends cette photo pour le garder en souvenir”. Ce n’est pas tant le geste qui est bizarre, c’est l’énorme quantité de photos que je veux garder en souvenir qui l’est.

Ca faisait toujours quelque chose de ne pas faire ce qu’on a l’habitude de faire. Mais ça m’a permis de mieux me poser la question : pourquoi avais-je cette envie de tout garder en souvenir?

En fait, toute cette réflexion m’amène à penser à ce calendrier de la vie du blog WaitButWhy.

Ci-dessous un calendrier de notre vie représenté par des mois, si l’on vit jusqu’à 90 ans. Supposons que l’on donne naissance à notre premier enfant vers 30 ans (le rond vert ci-dessous). Alors si depuis nos 30 ans, nous accumulons tout souvenir en relation avec nos enfants, et qu’après, nous allons faire de même avec nos petits enfants, quelle quantité astronomique de souvenirs nous allons accumuler !

Calendrier de la vie

Et finalement, prendrons-nous le temps de tous les revoir plus tard (quand on sera proche du rond violet)? Je n’y suis pas encore, alors je ne peux pas répondre à la question. Je revois certaines photos d’il y a 8-10 ans, et ça me fait sourire. Alors j’essaie de ne garder que les meilleures, car je me dis que quand j’aurais 90 ans, ça ne m’amuserait pas de voir autant d’exemplaires d’un même évènement.

Garder des souvenirs en photo ou matériel, oui, pourquoi pas, mais je pense qu’il faut faire attention à la quantité, comme toujours. Et surtout, tout bien réfléchi, le temps qu’on essaie de garder en souvenir un moment est aussi un temps qu’on se refuse dans le présent.

  • “Maman, maman, viens jouer”
  • “Attends mon chéri, je te prends en photo d’abord. Tiens-toi droit, arrête de bouger. Non, allez on recommence…”

Je connais des mamans qui n’ont rien gardé de la période de petite enfance de leurs enfants à part les photos, l’une d’elle m’a dit qu’elle s’est débarrassée de tout mais qu’elle a gardé les enfants. Hihi. Je trouve cette réflexion marrante. Moi, j’ai tout de même les premiers pyjamas 😉

Si ce sujet vous intéresse, je vous invite à aller voir la vidéo de Sophie sur le sujet.

Et vous, vous avez cette envie de tout garder en souvenir?

Leave a Reply 19 comments

Angie - 9 mars 2018 Reply

Je trouve cette réflexion très intéressante. Je me suis fait l’avoir même réflexion cet été pour mon mariage. J’avais vidé mon téléphone, recharge la batterie prête à tout prendre en photo. Et finalement je l’ai laissé dans un coin et je n’ai pris aucune photo. Évidemment les invités en ont pris mais moi jai profite à 1000% de ma journée. Une amie été sans cesse accrochée à son téléphone, quel dommage car au final j’ai l’impression qu’elle a vécu cette journée par procuration, que son téléphone était plus présent qu’elle même. Avant je prenais tout en photo, le matin je pouvais passer 10 minutes pour photographier la magnifique vue du lever du soleil, choisir le meilleur cadrage, le meilleur filtre et le partager sur Instagram. Désormais je prends ces 10 minutes pour regarder le ciel avec mes enfants

    Mino - 26 avril 2018 Reply

    Ton témoignage est très intéressant Angie, tu montres vraiment ce dont je voulais parler dans cet article. Merci pour ce partage 🙂

Cleophis - 9 mars 2018 Reply

Je me reconnais tout à fait dans ce que tu dis, je suis très attachée à la photo et j’en prends beaucoup! Je me débarrasse régulièrement des objets mais je prends toujours le temps de faire un album photo par année. Par contre, j’ai toujours les photos non utilisées dans mon ordinateur et je commence à me dire qu’il faudrait que je fasse le vide aussi. Après tout, est-ce bien utile de garder 10 exemplaires ratés d’une même prise ? (et j’ai gardé les premiers pyjamas aussi, hehe)

    Mino - 26 avril 2018 Reply

    Héhé, team des premiers pyjamas des enfants 😉
    Oui, moi-même, je dois m’y remettre dans le tri des photos, car on ne se rend pas compte qu’on en prend plein, en fait. Comme tu dis, 10 exemplaires ratés d’une même prise…

Joëlle - 17 mars 2018 Reply

Bonjour, En tant que généalogiste “amateure” je suis très heureuse que des photos et des document du XIXème siècle aient pu traverser le temps pour arriver jusqu’à moi. Mais de vraies photos sur cartons et supports papier divers ( du reste ces supports aident à les dater dans une fourchette fiable). Et je ne suis pas du tout sûre que nos documents traverseront aussi bien le temps vers le XXIIIème siècle. Parce qu’il y en a trop effectivement. Et puis on est très brouillon dans nos modes de conservation, de classement. Autrement outre leur album perso de la la grossesse au CP, pour chacun de mes 4 enfants, j’ai gardé leur première paire de chaussures celles avec lesquelles ils ont fait leurs premiers pas. Et des jouets ” valeur sûre” avec lesquels leurs propres enfants jouent maintenant chez nous…

    Mino - 26 avril 2018 Reply

    Hummm, cette idée de jouets “valeur sûre” me parle. Je n’ai rien gardé des premiers jouets, sauf les doudous avec leur noms

Moe - 9 avril 2018 Reply

Super réflexion. Comme tu dis, lorsqu’on mitraille chaque moment de vie, n’est-ce pas un peu la même chose que de vouloir garder à tout prix toutes ses possessions matérielles ? En fait, en prenant chaque moment en photo on conserve ses souvenirs et on accumule, on accumule… jusqu’à l’overdose ! Perso j’ai fait un album photos physique pour chaque enfant, et j’ai supprimé la moitié des photos de mon ordinateur.
Quant aux souvenirs physiques de l’enfance, je m’interroge. Quand je vois le bonheur que j’ai avec mes enfants de ressortir mes vieux jouets que mes parents avaient conservés pour moi, je me demande si nous débarrasser des jouets de notre enfance est une bonne chose, finalement…

    Mino - 26 avril 2018 Reply

    Je n’ai plus les jouets de mon enfance, alors je ne peux pas te répondre. Mais oui, pourquoi pas garder quelques jouets “valeur sûre” comme dans le commentaire de Joelle ci-dessus…

marie - 9 avril 2018 Reply

Totalement d’accord avec Joëlle (commentaire du 17/03/18). J’ai moi aussi été séduite par le tout numérique (photos, documents…). Et j’en reviens! C’est un leurre… On accumule plus. La conservation est, quoiqu’on dise, aléatoire. Et l’objet numérique ne procure pas la même émotion palpable que l’objet matériel.

Emi - 11 avril 2018 Reply

Bonjour,

Le sujet me paraît assez philosophique : “être dans l’instant présent”, voir avec ses yeux chaque moment, visage, paysage (exotiques ou quotidiens) et les garder (ou pas) en mémoire. Prendre des photo de tout, tout le temps c’est vouloir préserver une certaine exhaustivité, et ça c’est impossible. Alors des souvenirs, oui mais les essentiels sont suffisant pour dans 1 an comme pour nos vieux jours.
Quant aux objets, les seuls que j’ai conservé sont ma peluche de ma naissance (dont je n’ai aucun souvenir !) et les lettres d’amour d’ ado (que j’ai eu plaisir à relire une ou deux fois). Et là où je suis d’accord avec Joëlle, c’est que jamais je n’irai relire mes correspondances amoureuses d’il y a 10 ans car ce n’est pas “palpable”, ça ne provoque aucune émotion.
Ma moralité : vivre d’abord, conserver quelques souvenirs, mais ne pas s’embêter avec le format digital.
Bises

    Mino - 26 avril 2018 Reply

    Oui, c’est assez philosophique comme sujet 😉
    Et j’aime beaucoup ce que tu en ressors : “Vivre d’abord”. Oui, mille fois oui 🙂

Cleopiti - 12 avril 2018 Reply

Ah, les souvenirs !! qu’ils soient matériels ou virtuels, ils pèsent leur poids et prennent de la place !
J’ai toujours aimé la photo bien avant le numérique auquel j’ai souscrit fin 2006. A l’époque de l’argentique, je faisais plus attention à ce que je photographiais sans doute à cause du coût et la surprise au développement de la pellicule !
Avec le numérique, je m’amuse vraiment, je fixe des moments (aucune connection aux réseaux sociaux), juste pour moi et les personnes auxquelles je suis attachée. Je prend plaisir à les trier sur un disque dur externe (en vue du scrap) et à les regarder en diaporama seul ou à plusieurs. Je m’aperçois aussi que l’émotion suscitée par les photos ne peut être partagée qu’avec les personnes concernées.
Pour les autres souvenirs, si l’objet me plaît et a une utilité, il reste. Mon fils a joué avec des jouets de nos enfances (ma soeur et moi) et ils sont rangés en attente d’autres petits enfants.
J’aime voir et vivre avec des objets chargés de souvenirs. Régulièrement, certains quittent la maison parce qu’ils n’ont plus de raison d’être, qu’ils ont remplis leur office de “bons souvenirs” et partent vers d’autres horizons. C’est un flux entre le passé et le présent.
Vivre pleinement le présent, en garder l’odeur, la sensation, le ressenti, reste, pour moi, le meilleur des souvenirs.
Belle journée,

    Mino - 26 avril 2018 Reply

    J’aime beaucoup ton témoignage Cleopiti, surtout quand tu parles de ce flux entre le passé et le présent. Il faut effectivement que ce soit un flux, sinon il y a un blocage. Et quand tu dis qu’il y a des objets qui partent car ils ont rempli leur office de “bons souvenirs”, ça me parle beaucoup. Les objets n’ont pas à rester figés dans le rôle qu’on leur prête. Ca permet de lâcher prise et de s’en détacher…
    Belle journée également 🙂

Isabelle - 13 avril 2018 Reply

C’est tellement vrai l’attachement aux objets, aux instants, aux photos ….
Je visite de nombreuses maisons encombrées, en tant que “vendeuse de maisons”, et tout le monde a des difficultés à laisser filer les objets, les photos …. Et les mètres carrés sont précieux … Tout photographier est une belle solution, mais souvent insuffisante ..
Néanmoins, de beaux albums avec les commentaires, aussi précieux, restent et prennent moins de place !!! tout en laissant les souvenirs à nos côtés …
Isabelle

    Mino - 26 avril 2018 Reply

    Laisser filer les objets, c’est vraiment là le blocage. Avec ton expérience, tu en as dû voir de ce genre d’attachement.
    Merci pour ton partage Isabelle 🙂

Sara - 10 mai 2018 Reply

Ah combien de personnes ne se reconnaissent pas dans ces écrits ? D’ailleurs c’est très bien présenté, cela devient parfois assez anxiogène que de vouloir toujours prendre des photos de tout , même du plat que l’on vient de cuisiner pour le partager… Il faut apprendre en ce temps à aussi garder des moments pour nous sans que tous nos amis les voient : )

Tiphaine - 21 septembre 2018 Reply

Bonjour
Pareil j’ai tendance à tt garder et tt prendre en photo depuis que j’ai Arthur il a 17 mois maintenant. Je pensais pas avoir autant de photos sur mon ordi de tt. J’en ai tiré bcp et fait un album. Il m’en reste bcp… mes amis se moquent et me disent que c’est mon côté asiatique

renardminimal - 29 octobre 2018 Reply

AH oui les photos mon dieu… Qu’est ce que j’ai pu en prendre… Mais j’ai franchi le cap il y a peu, j’ai fait un énorme tri! Résultat de 6 albums merdiques je suis tombé à deux! Ils sont à porté de main chez moi, que de jolis souvenirs que j’aime regarder de temps en temps.
Quand j’ai fait le tri j’ai également redistribué, certaines photos “dossiers” à mes amis qui étaient très contents de les redécouvrir.
Prochain allègement dans les photos numériques, histoires de dégager les photos des exs déjà… 😀

Sinon J’ai créé mon blog l’an dernier, je suis minimaliste depuis 4 ans suite à de nombreux changements de vie. Si tu as le temps de jeter un petit coup d’œil sur le blog ça me fera très plaisir. PS : je me suis permise de te référencer sur mon blog: http://www.renardminimal.com

Les bafouilles d’une maman - 19 novembre 2018 Reply

Bonjour !
Voici quelques articles que je lis et celui ci me parle vraiment! Je n’ose pas me lancer dans le tri de mes photos c’est une catastrophe j’en ai beaucoup trop! Mais d’un Autre côté quand il est question d´effacer une photo, surtout de mes enfants, j’ai toujours peur de le regretter alors je retiens mon doigt qui est à ça de cliquer… j’ai moins de mal sur le côté matériel car je me dis que ces objets n’ont plus d’utilité et n’en auront probablement plus aucune quand mes enfants seront grandes. .. mais le sujet n’est pas évident!
Sinon je me suis permis de te référencer sur la page à page facebook! Merci pour tous ces articles et témoignages inspirants!

Leave a Reply: